Archives du site

Orélie-Antoine de Tounens (1825-1878)

Ce jeune avoué Périgourdin, originaire de Chourgnac en Dordogne, arriva au Chili en 1858 dans l’espoir de fonder le royaume de Patagonie. L’année suivante, il gagne l’Araucanie où, sans armes, sans argent et sans connaître la langue, il réussit à être proclamé roi des Araucaniens et des Patagons, le 17 novembre 1860. Si son audace et son panache réussirent auprès

Publié dans Pourquoi

Christine Sourgins

« écrire pour retrouver la peinture » Historienne de l’art, essayiste, écrivain. Née à Suresnes à l’ouest de Paris. Attirée très jeune par la peinture, la littérature avec les récits de Paul Féval, puis par le cinéma après la projection d’Orphée de Jean Cocteau… Livres d’art, toiles et tubes de couleurs engloutissent son argent de poche… « Lorsque Christine Sourgins veut entrer aux

Publié dans Pourquoi

Entretien avec Christine Sourgins

Pourquoi soutenez-vous cette initiative des Collectionneurs patagons ? Les collectionneurs patagons aiment les œuvres d’art, ils ne les emprisonnent pas dans un coffre-fort ou dans un « port-franc » mais ils vivent avec elles… Ils aiment leurs auteurs et savourent les conservations d’ateliers : ils m’ont proposé d’écrire cette aventure, désirant montrer les travaux de dix peintres, d’un graveur et d’un dessinateur. Plus deux sculpteurs,

Publié dans Pourquoi

La Patagonie dans l’imaginaire

Jean Raspail   Jean Raspail, dans les années 50, explora la Patagonie, en tira un livre «Le Jeu du Roi » où il imagine un successeur à Orélie-Antoine de Tounens ; en 1981, il publie un roman « Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie ». Des lecteurs se prirent au jeu, le courrier fut tel que l’écrivain décida d’ouvrir

Publié dans Pourquoi

Christine Sourgins : demande d’asile

En 2009, Christine Sourgins, écrit au Consul Général de Patagonie pour lui demander l’asile… onirique : Monsieur le Consul général, Avant de vous présenter ma requête, souffrez que je vous expose quelques faits susceptibles de l’éclairer.A six ans, j’ai pris de l’altitude, plantant au grenier un bivouac en sac de jute : dormir à la belle ardoise, au clair de lucarne

Publié dans Pourquoi

Phare du bout du monde

Publié dans Pourquoi

Christine Sourgins : demande de poste au musée de Patagonie

Monsieur le Chancelier, Monsieur le Consul Général a bien voulu m’accorder l’asile onirique, il m’encourage en outre à demander la nationalité patagonne. J’ai donc la joie de postuler à cette dignité. Bien entendu, je souhaite servir le rayonnement de Sa Majesté. Or, en tant qu’historienne de l’art et admiratrice de Baudelaire, je nourris depuis l’enfance une passion pour les Phares.

Publié dans Pourquoi

Charles Baudelaire, Les Phares

La Patagonie et la «Terre de Feu » sont un domaine de prédilection des signes dans la nuit…vient Baudelaire et « Les Phares » : Rubens, fleuve d’oubli, jardin de la paresse, Oreiller de la chair fraîche où l’on ne peut aimer, Mais où la vie afflue et s’agite sans cesse, Comme l’air dans le ciel et la mer dans la mer; Léonard de

Publié dans Pourquoi

Les collectionneurs patagons

Les collectionneurs Patagons tiennent à rester anonymes tant ils vivent aux antipodes des m’as-tu-vu collectionneurs d’Art trop contemporain. A noter :  la Patagonie s’honore d’une race native de collectionneurs hors pairs : Maurice Rheims leur a rendu hommage dans son livre « Les collectionneurs », Ramsay, 2002, p.39. « Dans la pampa argentine et les plaines de Patagonie, vivent en colonies nombreuses des

Publié dans Pourquoi

Du rêve au réel…

Le Royaume fondé par Orélie 1er est multiple : outre la tradition littéraire, le titre princier s’est transmis par désignation et l’un des derniers titulaires s’impliqua dans la défense des indiens mapuches du Chili. Ces derniers affrontent l’avidité de grandes sociétés textiles qui s‘emparent de leurs terres ; plus au nord, d’autres indiens résistent à l’exploitation pétrolière forcenée (voir l’œuvre de Sérgio

Publié dans Pourquoi